9 janvier 2016 - Emmanuel LEU T.

La vraie démocratie n’est pas au parlement…Elle vie dans la rue !

Nos paroles et nos actes révèlent ce qui nous tient à cœur, ce qui compte vraiment pour nous. C’est de l’abondance du cœur que la bouche parle dit-on.

C’est ce qu’à fait Lexxus Legal, dans la chanson « Kongo bololo », traduisez : « Congo amère » tiré de son dernier album « Léop’Art » sorti en Décembre 2015.

De son vrai nom Alex Dende Esakanu, Lexxus Legal c’est un rappeur congolais (RDC), figure emblématique du hip-hop congolais. Il est perçu comme une fausse note au pays de la rumba (courant musical dominant en RD Congo), il s’illustre avec des thèmes sociopolitiques qui lui vaut l’étiquette de «Artiste engagé».

Fidèle à sa réputation d’artiste engagé, cette nouvelle chanson « Kongo bololo » s’inscrit dans la logique des titres comme Lumumba «un homme un combat », « le temps de la paix », « l’art de la guerre ».

Kongo bololo

Dans la chanson, il dit : « la vraie démocratie n’est pas au parlement, là (au parlement donc) ils ne parlent que de leurs émolument » après ce constat il dit alors aux parlementaires que nous, le peuple, nous avons maintenant la notion de méfiance car on en a marre de vos motions de défiance, surtout depuis que vous êtes là, aucun ministre n’a jamais quitté le gouvernement.

Interroger à ce sujet sur les ondes de la radio okapi, l’artiste se défend et dit « Je sais que la démocratie, c’est la loi de la majorité, que le détenteur de la majorité au parlement ne pourra pas faire tombé l’un de ses ministres, mais quant-il y a tellement des comportements répréhensibles, on en a vu dans d’autres pays des ministres de la majorité tombé, seulement chez nous ce n’est jamais arrivé, voilà pourquoi nous l’avons chanté »

Il continu dans la chanson en disant : «A la présidence, ils sont tous candidat, ils parlent au nom d’un peuple qui ne connait rien de leurs agenda, une fois élu, il s’engage à respecter nos droits, les lois de la république sauf celle qui limite le nombre de mandat ».

Dans le refrain il enchaine : « Nous vous savons déjà, vous venez vers nous avec des paroles succulentes, une fois aux affaires vous nous produisez un travail amère, mais cette fois-ci, nous sommes déjà avisé. La vraie démocratie, elle habite la rue, elle est partie d’ici, elle mange dans la rue, elle y prend de l’énergie, c’est bien la rue qui la nourrie et c’est le peuple qui décide dans une vraie démocratie »    

L’artiste rappel au peuple qu’il n’a jamais voté car toutes les promesses de campagne (construction des routes, ponts, maternités, écoles, tuyauterie et câble…) n’ont jamais été réalisés.

Cette chanson sonne comme un avertissement à ceux qui sont aux affaires et qui pense qu’ils peuvent changer les règles comme bon le semble, comme Noé, l’artiste s’est chargé d’avertir les gouvernant par rapport au grand risque de voir la rue, qui est la détentrice de la vraie démocratie, se retrouver obligé de décider sachant que dans ce contexte, sa réaction risque d’être foudroyante.

Interrogé sur les conséquences que peut amener une telle chanson dans le contexte actuel de la politique en RDC et surtout en cette année 2016, année du dernier mandat de l’actuel président, l’artiste répond : « je suis auteur de mes écrit, pas des actes des apôtres et pas forcement responsable de l’interprétation que les gens peuvent faire de mes écrits ».

Il s’insurge également de cette façon de faire de leaders congolais, façon de croire qu’ils sont le seul compétent, tout les chefs de parti se considère leader charismatique, candidat d’office à chaque poste qui se propose au parti et candidat automatique aux élections sans le primaire, il a constaté que rarement on émerge dans un parti politique.

En conclusion de la chanson, il dit : « qu’ils diront que je suis un démagogue, que j’invente des histoires à la Patrick Ngemandong pour vendre des disques, que Léopar’Art est un album qui trouble l’ordre public, mais ce qui est vrai ce que les kinois (et congolais en général) savent que c’est la vérité qui est chantée »

“ N’ayant pas connu la colonisation, nous sommes totalement décomplexer, Une évolution mentale de la jeunesse africaine débouchera forcement sur une révolution, Je la souhaite non armée … ” Affirme l’artiste.

POLITIQUE Congo Démocratique / Démocratie / Hip-hop / Lexxus Legal / Musique engagée / RDC2016 /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *