2 mars 2015 - Emmanuel LEU T.

Entêtement ou nationalisme ?

tintin

Kinshasa répond à Bruxelles…

Réponse de la RDC à la Belgique : «Tintin au Congo » est dépassé ».


Depuis quelques semaines, luttant dans l’ombre contre son peuple, le pouvoir mené par Joseph Kabila tente de faire taire les contestations par tous les moyens à sa disposition. C’est ce qu’a voulu dénoncer le ministre belge qui a, il faut le dire, oublié tout de même le principe de non- intervention dans les affaires d’un pays souverain; la Belgique ayant eu, par le passé, à jouer un rôle trouble dans les différends politiques ayant opposé certaines fractions rivales dans le pays.

C’est par la voix de Lambert Mende Omalanga, ministre de la communication en RDC que le pouvoir en place a décidé de répondre à l’imprudent ministre belge  de la Coopération au développement. Et c’est dans des termes lourds de sens que M. Mende s’est exprimé, laissant de côté toute courtoisie : « Votre discours dans une langue, le néerlandais, que très peu de Congolais maîtrisent, témoigne en effet d’une méconnaissance du fait que le monde a changé depuis l’indépendance de notre pays en 1960 et que les fictions infantiles de Tintin au Congo sont passablement dépassées, comme grille de lecture des faits et des idées ».

Le ton ainsi donné, le ministre a également évoqué les cas des personnes arrêtées. Une réponse qui ne devrait pas plaire du côté belge, d’autant plus que le pays compte financer les élections congolaises. Notons toutefois qu’en RDC, l’opposition a applaudi la déclaration d’Alexander De Croo.

La lettre du ministre Mende au ministre belge De Croo

            Monsieur le Ministre, Grâce à l’aimable traduction faite par le journaliste Maroun Labaki, j’ai pris connaissance, comme d’autres compatriotes, de la volée de bois vert que vous avez cru devoir infliger aux autorités de la RDC auxquelles vous avez reproché « des mesures liberticides « , vous insurgeant particulièrement contre des arrestations arbitraires, l’instrumentalisation de la justice ainsi que le blocage d’Internet et des réseaux sociaux par lesdites autorités.

Passons sur le ton : n’est pas diplomate qui veut…

            On aurait pu mettre les propos vitriolés dont le gouvernement qui vous recevait a été gratifié sur le compte de ce mimétisme colonial par procuration auquel d’autres émissaires belges en d’autres temps nous avaient habitués.

Il faut, hélas, constater qu’il s’agit tout simplement d’ignorance. Votre discours dans une langue, le néerlandais, que très peu de Congolais maîtrisent, témoigne en effet d’une méconnaissance du fait que le monde a changé depuis l’indépendance de notre pays en 1960 et que les fictions infantiles de Tintin au Congo sont passablement dépassées comme grille de lecture des faits et des idées.

Certes, l’esprit philanthropique qui vous pousse à prendre la défense des populations congolaises qui seraient victimes des sévices est-il louable. Mais j’ai du mal à comprendre pourquoi au moment même où tous les pays du monde, y compris le vôtre, prennent des mesures conservatoires et envisagent un resserrement des législations contre la cybercriminalité, vous vous évertuez à dissuader la RDC, victime de l’extrémisme violent, d’entreprendre cet exercice légitime de vigilance.

Lundi 23 février 2015, à l’occasion du dîner annuel du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), le président de la République française, M. François Hollande, a déclaré à ce sujet que « les réseaux sociaux font partie de notre monde. Ils doivent faire partie de notre législation. Les propos racistes, xénophobes doivent sortir du champ du droit de la presse pour intégrer le droit pénal « . Vous entendra-t-on, lors d’une prochaine visite en France, adresser des remontrances à ce chef d’Etat européen qui vient, en plus, de dépêcher son ministre de l’Intérieur à la Silicon Valley pour placer les majors américains d’Internet devant leur responsabilité en leur exigeant un cahier des charges pour mieux contrôler les applications des réseaux sociaux » ?

Peut-être vous rendrez-vous ensuite au Saint-Siège pour y faire grief au pape François de ses propos peu après l’attentat de Charlie Hebdo quand il a déclaré que « l’impératif sécuritaire peut commander que des limites soient apposées à la liberté d’expression » !Last but not least, il vous faudra aussi envisager d’admonester les autorités américaines et nigérianes qui viennent de prendre la « mesure liberticide » de boucher le compte twitter de Boko Haram au Nigeria…

Je suis sûr, Monsieur le Ministre, que vous n’y pensez même pas. D’où ma perplexité de vous voir édicter depuis les jardins de l’ambassade belge à Kinshasa un principe d’immunisation des auteurs de délits et crimes commis au moyen de la toile, principe qui ne serait d’application qu’en République démocratique du Congo.

Je suis néanmoins perturbé devant le fait que les présumés pillards des 19 et 20 janvier dont vous êtes devenu l’avocat passionné avaient ciblé quasi exclusivement les intérêts chinois à Kinshasa. J’ai donc la pénible impression que c’est moins l’intérêt des « pauvres Congolais » que celui de ces groupes mercantilistes rivaux des Chinois qui nous oppose. Plaise à Dieu qu’elle soit fausse !

Lambert Mende Omalanga
Ministre de la Communication et Médias de la RDC

POLITIQUE dictature de retour en RDC / élections 2016 / Joseph Kabila / la Belgique / Lambert Mende / politique congolaise / RDC / réponse du gouvernement Congolais à la Belgique /

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.