7 juillet 2014 - Emmanuel LEU T.

Gbadolite : le Versailles de la jungle

gb
Nichés au cœur de la jungle équatoriale les vestiges des résidences de l’ancien dictateur du Zaïre, Joseph Désiré Mobutu, étonnent encore.
Aujourd’hui en ruines, les demeures pharaoniques se dressent toujours sur différentes collines, témoins insolites des ambitions de celui qui régna pendant 32 ans sur l’actuelle RDC, alors rebaptisée Zaïre.

Lorsqu’il accède au pouvoir, l’homme d’Etat choisit Gbadolite; fief de son clan et symbole de son enfance pour ériger trois palais grandioses, une piste d’atterrissage capable d’accueillir Le Concorde et une centrale hydroélectrique colossale. Entièrement en marbre de Carrare, le palais Kawele constituait la résidence principale du roi léopard. Dans sa chambre, ouverte sur de multiples bassins une croix avait été placée dans la pierre pour recevoir la couche royale. De là s’élevait un lit télécommandé qui permettait au président de jouir de la vue.

Mobutu esthète et amateur d’art, très marqué par ses visites en Chine, confia à des ouvriers chinois la réalisation du palais voisin, un ensemble de pagodes ornées d’estampes, serties de jardins de nénuphars et de fontaines. Mais l’édifice le plus extravagant reste le palais Bambu. Au milieu de 700 hectares de plantations luxuriantes, il vaudra à Gbadolite le surnom de Versailles de la jungle. L’ossature de lustres démesurés surplombe encore les anciennes salles de bal, devenues le terrain de jeu des enfants du village.
kw

POLITIQUE Gbadolite / Mobutu / Palais Bambu / Palais Kawele / RDC / Résidences du dictateur / Roi Léopard / Versaille de la jungle / Zaïre /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.